17/08/2007

Ouhou

Punaise, il va rester que des textes de merde sur ce blog.

 

 

 

 

(Venez sur sucemonpouce.free.fr ) 

16:04 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

25/03/2007

NE PLEUREZ PAS

Je ne suis pas morte, juste tres occupee. EN EFFET, je fais ca. Et quand ce sera fini, il n'y aura plus rien ici.(Bon par contre, n'etant pas tres productive pour l'instant, c'est les memes textes la bas qu'ici)

12:13 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

31/01/2007

trouver des titres devient de plus en plus ardu

J’étais sur la route toute la sainte journée, il dit, je suis si désolé, bien sur je ne l’ai pas cru, je crois plutôt qu’il écumait les bars, traînait les trottoirs tandis que je m’efforçais de de de ranger le doute. Il dit, c’est un danger de la route, je dis, les embouteillages ?, il dit, les bouchons. Il dit, je n’ai pas vu le doute en toi s’immiscer. Je dis, Gerald, tu ne m’auras pas comme ça. Il disait, on rira loin, on partira, viens je t’emmène, emmène moi loin, ne pars pas seul, parfois j’aimerais être un oiseau.

16:18 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

29/01/2007

De : ContactFR Skynet contactfr@team.skynet.be Objet : votre blog est illicite!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Mademoiselle,




Suite à des plaintes reçues concernant votre blog, nous prenons contact avec vous.



Nous vous demandons de retirer le contenu pornographique de votre blog « airfrigide » dans les 24 heures.



En effet, votre blog est contraire à nos conditions générales mentionnées aux points 6.1 et 6.2 pour la création d'un blog:



6. Code de Conduite



6.1 Vous vous engagez en tant que Bloggeur ou Visiteur à ne pas placer dans les Blogs du Contenu illégal. Constituent entre autre un Contenu illégal : les atteintes aux bonnes mœurs, la publicité pour des offres de services à caractère sexuel, le racisme, la xénophobie et la négation du génocide Nazi, incitation publique à la discrimination, la haine, la violence à l'égard d'une personne en raison de sa race, son orientation sexuelle, sa couleur de peau, son ascendance ou sa nationalité, la provocation à commettre des crimes, l'atteinte aux droits intellectuels de tiers.



6.2 Vous vous engagez à ne pas placer dans les Blogs du Contenu qui sans être illégal peut être de nature préjudiciable à l'égard de certaines catégories de personnes, notamment du Contenu pornographique ou du Contenu qui est insultant, dénigrant, menaçant, obscène, vulgaire , injurieux, indécent, calomnieux diffamatoire à l'égard de quiconque.



De plus, nous avons mis celui-ci non-public, c'est-à-dire que le blog n’apparaîtra plus sur notre page d’accueil des Skynet Blogs.



Enfin, si vous n’avez pas retiré tout le contenu illicite dans les 24 heures, nous nous verrons obligés de supprimer définitivement votre blog.



Nous restons à votre disposition pour toute demande d’informations.



Cordialement,



L’Equipe Service Clientèle

18:07 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

21/12/2006

pasdecommentaire

La aussi, de tout mon cœur je t’exècre, d’entre mes jambes, ça régurgite, même mes yeux te gerbent, tu es absolu dissous disloqué CONNARD CONNARD CONNARD. Oh oui, je me doutais bien que tu allais pas me demander en mariage, je savais bien, très bien, que toi tu ne savais rien. TOI TU IGNORES. Tu peux faire tes yeux, petite limace, fais tes yeux, je fais ma tête, et je défonce la tienne. J’aurais pas de cadeau de Noël. Si tu crois que tu as tout invente. D’ailleurs tu sais bien que tout ça est ridicule, tout ça particulièrement toi, toi et ton rire, toi et tes saloperie d’oeils lait, je ne suis pas vexée, je ne suis pas triste, je ne suis pas énervée, non non je ne t’en veux pas. D’ailleurs, demain, j’ai un nouvel amoureux, et toi tu pleures, et tu t’énerves, et même, tu te jettes contre les murs, et après tu me maudis. Et tu voudrais te frapper mais tu n’en es pas tout juste capable, tu as tout faux. Jusqu’au bout des ongles que je te lacère, que je macère, petite limace. Tes yeux limaces. Ta tête grimace. « C’est pour nous deux. ». Elle disait, il est peut être enceinte, je suis sure qu’il ne pourrais jamais faire ça, comment oses tu, comment oses tu, et moi ? Finalement c’est pas si grave, moi je m’ennuie pas, même je m’amuse bien, ouais je rigole bien, à m’en creuser un trou entre les dents. D’ailleurs, tu le sais, je l’ai déjà le trou. JEUL SENS PLUS TROP. JEUL SANS PLUS TROP. JEUL SAstop Je veux plus jamais te revoir, d’ailleurs je vais te supprimer de toute ma tête, ça y est c’est fait, je t’ai tue, tu ne le sais même pas, et moi j e ne me souviens de rien, mais alors de rien, ah si, de ta gueule de con, comme tout le monde.




Je me suis faite larguer.

17:42 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

06/12/2006

De rien.

C’est drôle comme.
Les vieux réflexes reprennent le dessus.
Tu m’aurais vu, grosse de dix huit ans, essayer de me faufiler dans le placard.
La double pliure du bassin, les genoux et le cou. L’ENORME grotesque du menton.
Je suis allée dans le couloir.
Attendu adossé au mur, le pouce engoncé dans la bouche, le nombril externe, j’ai tout le ventre qui se rondit du dehors de moi. Le nombril dernier ligoté.
J’ai vaguement écouté. Vaguement parce que j’aplatis du creux de la main, les angles d’oreilles, pourtant dressées, toutes dures. Je suis même assez fière de moi.

Quand même on fait trop souvent semblant.




(Puis je suis allé le voir, j’ai souris un peu, parlé aussi, un peu, il n’a fait que me regarder, défaite, j’aurais du m’abs.)

22:41 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/12/2006

MA GUEULE

C’était génial, je suis un peu fatiguée de tout ça, de mon trou dans la tête s’échappent les considérations logorrhéiques, j’ai cessé de le maquiller. Rien ne se cristallise plus, rien ne va plus, faites vos je voudrais crever, c’est c’est c’est la fête, heureusement quesqu’Il n’y a plus que moi pour rire, perdue dans le public de fauteuils vides. Je ne suis oh non je ne suis pas, dupe. Ni assez bête pour~tant que je serais aussi butée. Pour tout jouir. C’est si facile de fuir, si facile de ne parler que de soi, et beaucoup plus simple, je voudrais vous mentir demain.

Elle me regarde, les yeux qui suintent, sa bouche arque : C’est peut être mieux ainsi.
Elle me regarde os les épaules, elle a beaucoup grossi, gracieuses épaules.
Elle me regarde, les vœux gonflent sa poitrine, veuuux veeeeeeeeuxx veuuuux.
Que dis je, elle porte sa main devant mon visage, ne voit plus que la pomme, tire les cheveux, et la fillette choira : « LA PORTE ! LA PORTE ! »

21:01 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

22/10/2006

(demain mon 2e anniversaire)

PACHA CLUB.

 

 

 

Vous avez plus de vingt ans.

Vous n’êtes plus un précoce, un prodige, exxxtrêmement étonnant.

Vous êtes majeur, vous pouvez acheter de l’alcool.

Vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Sombre et va t’enfermer en Boite.

 

 

(Mamaman c’est la plus belle. Maman est plus forte que toi, et si tu me tripote, elle te pete ta gueule.)

 

Dans une famille il y a un papa et une maman.

Le papa et la maman s’aiment beaucoup alors ils décident de faire un petit bébé parce que papa est allergique aux poils de chien.

Alors le papa et la maman mettent de la musique et ils dorment ensemble.

Maman est grosse et moche mais papa lui achète du chocolat, maman est vache Milka.

Et ils sont très heureux, même avec la peau qui s’étire et qui craque une maman plait toujours à mon papa.

 

Un jour maman décide de se promener dans la forêt, c’est dangereux il y a le loup et tout. ATTENTION à tes vêtements qui vont devenir tout rouges et tout sales et tu vas être obligé de te gronder.

 

Dans la chambre y a de la musique et papa et moi en attendant maman.

 

Dans le magasin maman a préféré faire pipi dans sa culotte parce que Shelly qui dit  «JE T’AIME » était trop chère.

Papa a enlevé maman, il l’a mise dans une chambre, où on a pas le droit d’entrer, sauf papa et les invités.

 

Mon frère est moche, d’abord c’est même pas un garçon. Il est rouge, est violet, et il essaye de bouffer ma mère par ses seins.

J’essayait de le punir avec mes ciseaux, papa m’a grondé, et j’ai du aller dormir.

Vous inquiétez pas.

 

J’ai lavé les vêtements rouges comme maman avant.

16:54 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

23/09/2006

Bien sûr, je dis ça uniquement pour son bien-être.

Encourager un Oedipien est la plus grave erreur qu'un père puisse commettre. Erreur dont les conséquences se poursuivent invariablement tout au long de la vie du complexé. J'espère celle de cette formidable demoiselle prospère et heureuse, et je pense que tu partages mon avis.

- En effet, les pratiques incestueuses de ce genre ont pour résultantes de véritables catastrophes. Il faut savoir qu’un instant d’égarement de ce type fera basculer toute sa vie, faisant obstacle à une construction équilibrée de son Moi, et dévastant sa santé mentale. Ceci entraînant une totale perte de repères et compromettant toute possibilité d’entretenir une relation normale avec Autrui (cf gente masculine), facteur à risque de nombreux viols sauvages, physiques et/ou psychiques.

- Ainsi vulnérable, elle sera conduite à se livrer à de viles et basses pratiques dans le but d’attirer l’attention de tout homme de son entourage, pratique odieuse risquant de l’entraîner dans ces spirales infernales que sont la prostitution, la drogue, et même, à terme, pouvant la mener à une mort atroce (et si ce n’est pas pour elle, ce sera pour toi, chérichou.).

Je suis persuadée, que personne n’aimerait la retrouver morte, une deuxième bouche dans le cou, sourire dégoulinant des ongles coincés dans sa jugulaire.

Je te suggèrerais donc d’éviter tout contact avec elle, cela peut s’avérer difficile au début, mais je t’aiderais. Tu dois le faire, il s’agit d’une vie humaine, c’est nécessaire au bon déroulement de sa vie, ainsi que de la tienne. Car si cet événement peut bouleverser son existence, la tienne n’en est pas moins en danger.

Pour anéantir plus sûrement cette menace tu pourrais aussi la rejeter violement et l’insulter, voir la frapper (méthode que je préconise).

Il faut savoir faire des sacrifices, celui là est pour la plus juste des causes : son bonheur.

Je te soutiens à 100%. Fais moi confiance, tu sais que je t’aime et que je n’oserais jamais rien faire si ce n’était dans l’optique de te rendre heureux. Et puis ma mère est passée par là. Je l’ai aidé à remonter la pente. Dis toi que tu fais ça pour savoir son visage s’illuminer encore de ce si joli sourire que tu aimes tant, comme lorsqu’elle serre entre ses bras menus Winnie l’Ourson.

Il est bien entendu évident que je ne souffrirai aucun refus. Je ne voudrais pas me rendre coupable de son malheur. Sache qu’en brisant son avenir, tu briseras aussi notre Amour.

Je sais que tu feras le bon choix.

Samia.

10:44 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

21/09/2006

Coquillage

C’est pour demain, elle a dit c’est pour demain alors c’est pour demain, c’est pour aujourd’hui ou pour demain ? Justement on sait plus alors on s’en melle. Elle n’est pas écoutée et tous les jours on lui en coupe une tranche c’est pour ça qu’on dit elle est écourtée. Qu’est ce que j’écris bien au stylo bille, tu ne vois pas, tu ne sais pas, tu ne juges pas, tu te tais, point.

18:39 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

09/09/2006

.

Pause

 

 

21:22 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

06/09/2006

JE T'AI ACCROCHE JE T'AIMME ET TU M'EMMES.

 

 

Je suis beellllllleeeee heeeeiiiiiiinnn.

 

 

 



Et tu m'aiiiiiiiimmes haaaan.
Dégaine ta CB, Herr mon amour.
Mon Lucky Luke. (l)

Ce que tu as de la chaaaaannnnce de m'avoir. moue. moue. moue.
Et. Oh, j'ai de la chance aussi, ouais. MOU.

12:35 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

05/09/2006

Boogie nights

Elle rigole, il pense je vais te taper doigt sur la bouche « Arrête. » je vais te taper.
Elle secoue un peu son gros torse velu, ramène le visage en arrière et encore et elle dit « désolée désolée tout ça ».
Il ne dit rien soupirs rires ponctués d’Arêtes. Et parfois il retourne la chercher. Cette fois c’est elle qui pense, et dit « Je vais tous les tuer. » « Arrête. ».
Elle ne pense pas et il la prend doucement par le bras, « Arrête » effleurer doucement la nuque et serre.


« J’ai un copain son jeu quand il était bourré c’était d’étrangler les gens. »

09:28 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/09/2006

CAILLOUX on ressort les archives

Savez vous planter les choux ?

Chaque matin, m’écorchais les genoux.
J’me disais, comme si ça suffisait pas, j’me disais, ignore les.
J’arrachais les feuilles de chou, j’rêvais à autre chose, mais m’écorchaient les g’noux.
Filaient tout mes bas.
J’balayais d’mes pensées, j’essayais d’m’imaginer une vie plus crémeuse, de chou à fleur le chemin est court.
Sous mes sabots, j’les écrasais, et j’les sentais crisser, alors j’chantais pour pas entendre.
Chantais, très fort, mais ma voix chevrotait
Savez vous planter les choux ?

Vicieuse, et surtout, pointue, la caillasse. J’en conserve encore les stigmates.
J’veux bien montrer, mais faut pas toucher, il faut payer.
Me menaient une vie d’enfer, me rappelaient tant de mauvais souvenirs.

J’ai essayé accroupie, Maman m’a dis qu’c’tait pas une tenue convenable pour une jeune fille. J’voulais rester debout, juste me pencher, mais ça fait trop travailler mon dos, d’travailler le sol. Alors j’me console, à genoux, chanter, ça m’fait travailler le Si.
M’empêche de rêver, j’voudrais crever.
Mais un jour, un jour j’ai appelé Albert. Albert, c’est l’copain du Tonton de Sauviat. Albert, un jour, on s’mariera, et il m’emmènera.

Albert, c’est un homme fort, un homme bien, Maman l’a dit.

J’travaille avec les bouts d’choux, lui, travaille dans le bâtiment, mais l’en voit aussi des vertes et des pas mûres.Albert, il aime embrasser mes jambes. Albert il aime pas quand j’me mets du mercurochrome, dit qu’c’est pas féminin.

Albert, c’est lui, il m’a sauvé.

Des cailloux dans son métier, on en a besoin.
Un jour, j’ai pris la pelle, j’les ai arraché du chemin, j’les ai enfermé dans un sac de grain.
Reste plus qu’trois allées d’choux et des poussières.

J’ai bringuebalé l’sac, j’lai mis dans la Citroën, et j’suis partie au chantier. Y r’tape la maison d’grand Tante.
J’les ai versé avec les autres, Albert dit c’est pour le ciment, les sous bassement.
J’aurais une jolie maison, une cuisine toute neuve.
S’ront enfermés dans les murs, avec grand Tante, y pourront s’essayer à hanter la maison.


Aujourd’hui j’suis heureuse.
J’rêvasse en m’plantant…
Et les jours de pluie j’prends la perceuse d’Albert et j’vais trouer l’mur d’la cave, ça m’amuse, ça m’amuse…

Seulement, j’les sens, j’les sens. Mes g’noux ça suffisaient pas, ils s’en prennent à Albert maint’nant.
Y s’plaint sans cesse, le docteur a dit qu’cétait des calculs rénaux, des p’tits cailloux dans les voies urinaires…



Les salauds.


Mais j’vais appeler Michel, Michel c’est l’cousin d’la boulangère. Michel, c’est un homme bien, il est comptable, s’laissera pas avoir par des calculs.
Et un jour, il m’emmènera, on s’mariera.




A la mode de chez nous.
Que celle qui n’a jamais été amoureuse me jette la première pierre.

15:27 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

26/08/2006

çatourne

Qui a dit dé cassé ? Des dix qu’elle a fait. Et je crois que je peux toujours sourire, Martine. Elle s’écrase, toujours prise dans le mauvais sens, et ta confiture m’a scotché au sol. C’est toujours mieux que la télé, faut que j’me consomme y a pire que pirouettes cacahouettes. Vous n’êtes pas au 300 mais vous pouvez me balancer cartes bleues et billets verts même violets. Du haut de mon rocher, j’me chercherai des fous. Ca se cultive et ça vend. Vous reprendrez bien un peu de cervelle ?
(Primée depuis qu’interdit, comme drogues, désobéir à maman, inceste, infidélités et redbull.)

JEJEJESUISDESOLEE Quandonévide.Ettantquevousêtes.PensezàviderlaplubelleN’oubliezpasl’appendice,jen’aijamai
sCOopérémais.Hâtive.Non,jenesuispasvotrepatiente.DetoutefaçontoutcelarestehypothétiqueEt
antdonnéejesuisruinéeTUFUISremontetabraguettes’ilteplaitlégèrementindisposée.

19:51 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

25/08/2006

05/08/06






Tout à l'heure dans le RER j'ai croisé une de mes anciennes infirmières : elle elle m'obligeait à me laver devant elle. Je me suis dis je devrais je devrais merde je dois la tuer. Puis je me suis rendue compte que si j'atterissais en prison c'est moi que je finirais par assassiner.
J'ai fais de mal à personne. J'ai même offert du feu à la pauvre de merde qui doit lui servir de mec.

Voila, je me suis rappellée que je m'aimais un minimum.

15:51 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/08/2006

Conversations.


AZ- Elles sont dures vos glaces là ? Elle sont un peu molles non ?
BY- Ouais un peu molles.
CW- Ouais, elles sont molles.
AZ- Oui elles sont molles, hein. Y a un probleme avec le congel.
DV- Ben non, moi j'en ai mangé une tout à l'heure c'était dur.



Lui et moi :
lui : - T'es fidele ?
ET MOI : - Ouais.
lui - T'es prise ?
ET MOI - Ouais.
lui - Vas y si t'es prise moi chuis multiprise, t'as vu ?
ET MOI - Ouais.



(Photo de Aymeric, je crois.)

21:32 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

((...)tupues)

Je ne je ne je ne je ne sais plus et toi alors

16:51 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

02/08/2006

A l'école

JE VAIS TE BAISER NIQUER TRINGLER TUER et si je n’oublie rien,

Te faire un enfant.

Pour aller le chercher il faut te disséquer : une petite épingle ici mademoiselle te dépecer DANS LE porc TOUT SE MANGE. Oui. mais. je. n’avale pas. Tirez le colon, regardez comme c’est intéressant. Quand je me fais sodomiser je te chie. Ca c’est le cœur Ca c’est le cœur ? Enfonce ton doigt dans l’aorte. Bon ce n’était pas grand-chose, si ?

02:36 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

26/07/2006

Ni cas ni cul

Elle tremblotte sur ses mouchois aiguilles et ça donne quoi. Elle a finallement décidé de couper des chiquenaudes de hochements de tête pour qu’ils se taisent ces dans sa tête.
Il faudrait se persuader qu’il n’y a plus que là qu’autrui existe mais où demeure t’elle ?
Château melon si je pouvais tout ranger à l’intérieur. Et pouvoir dire ça y est c’est ça ça y est maman regarde maman je suis propre. Ce serait trop hypocrite de croire que tout s’éteint tu te rappelle ses suicides ? C’était bien ? Si tout pouvait se résoudre en problèmes en derecheveux.

16:30 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

22/07/2006

aH LA PETITE MALIGNE eLLE A EFFACE LE MESSAGE ENVOYE



Train de ça va ça vient je monte tu démontes sans arrêt mon dieu mon dieu mais qu’est ce qu’on va faire et où mais putain où est ce qu’on va dormir « […] » c’est faux je m’en fous pas. Attention Attention Attention à moi merde j’aurais pu tomber casser les jambes ma tête et le cœur grand écarté. Je voudrais bien mais je suis pue pue puante […] tu voudrais pas hein tu voudrais pas hein t’en rendre compte que je suis indispensable et que c’est toi, là, sale pute, qui a un petit tout creu etc.

18:05 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

21/07/2006

J'ai une aura de sueur.



Des clopes, des clopes, des clopes, un frigo cassé, une machine a laver aussi, un sac volé, une carte bleue bouffée, pas de coup de soleil, des trains ratés, 600 autres pris, des embrouilles de merde pour du shit et du jambon, beaucoup de sueur, des bébés et du sable sur la plage, et du charabia.

11:45 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

07/07/2006

pub



J'ai dis PUB

21:17 Écrit par JE T'EMME dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

05/07/2006

Princesse


Ma maison c’est le bout du tunnel, sous le pont, ma boite en carton. Les fluide de Seine me rappellent ma vieille existence de bête des coulisses d’avant en arrière encore déguisée en Ophélie. L’herbe y est ouverte à tout le monde, puisqu’on côtoie tous la merde. Quand l’un d’entre nous est à Morphee enfin un feu, son carton et sa cher réchaud de notre nuit. Nous fumes. Des fois la poli se déplace. Ils nous donnent leur vieilles bringues mais il faut en échange partir. Opter pour d’autres tiers états, quartiers, moitiées de vos indifférences, j’ai toujours refusé même si les tutures brûlent plus fort. J’ai mes habits tuent, ici. Alors voyez y ce que vous voudrez , le p’tit Oresque où le mal heurte, ou encore une décharge.
Mais ne me questionnez pas sur le sens et le nombre de mes pieds.

19:00 Écrit par JE T'EMME | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/07/2006

X dit : ...tu crains . JE dis : toi aussi X dit : je t aime JE dis : toi aussi ?

Viennois ouvre la mer du Nord toute englouties, t’enfonces et en plus tu ris. Ton riri le thermomètre carré dans la nuit Certainement j’ai destiné des bancs d’écailles et elles sucent mon pouce. Comme si de rien était je me faufile sous doigts, parce qu’il plut à l’intérieur. qui aurait cru que mais qui aurait ccru puisque tout était clair et les ordinateurs des branchies. Je me suis pendue à l’arbre pour me rattrapper parce que j’allais mourir et surtout tomber. Finallement je ne suis pas tombée mais l’on croit que je dors - tu dors tout le temps de toute façon. - Oui mais non je me lève à 6h30 alors toi tu te rendors. - De toute façon je pars une heure après. - N’empêche que tu te rendors et que tu m’abandonnes ou est ce moi je ne sais pas. Ceci dit. Quoi qu’il en soit. Je n’y suis pas, j’y suis presque et puis tout ça pour toi Monsieur Connard.

22:08 Écrit par JE T'EMME | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

03/07/2006

Putain c'est tellement exactement ça ><

"Quand ta main, aplat sur mon ventre, poussait, poussait fort mais doucement, pour que mon dos se colle à toi. C'était bien, j'm’en souviens.
La lumière jaune, orange, puis rouge. Sur ta nuque. La lumière, presque pas je te vois. Juste un peu. Juste ce qu’il faut, pour que je sois belle et pour que tu sois beau. Tu me vois, je te regardes et je respire. Les yeux fermés, j’ouvre la bouche pour aspirer. Inspirer. Expirer.
Doucement, tu me fais mal. Je ne crie pas. TU ME FAIS MAL. JE NE CRIE PAS. NON, NE CRIE PAS. Tu me fais mal, je ne dis rien. Et ça c’est encore joli.
Et j’y arrive bien nan ? à faire ce que tu me demandes. Toujours je dis oui. Gentille fille tu me dis. Avec le temps je sais ce que tu préfères le plus. Ce que t’aime mon amour, c’est les matchs de foot. Alors pendant que tu regardes moi je me penche à genoux, à tes genoux, devant le canapé. Mais un peu de côté sinon tu vois pas la télé. J’avance et je recule avec ma bouche et si je cache un peu l’écran toi tu me remet à ma place tu prends ma tête vers toi.
Avec tes mains jointes sur mes cheveux. Tu pousses et tu tires parfois. Tu pousses et… et .. non, je ne crie pas.
Parfois en plein milieu je m’arrêtes. Mais c’est toi qui as demandé. Je me permettrai pas. Et je vais te chercher un café, une bière ou du whisky. Tu te trifouilles en attendant. Et je recommence. Enfin tu prends ma tête. Tu bois. T’avales. Et tu regardes le carré vert. Moi j’aime bien quand tu gémis. Mais j’te le cache, j’te le dis pas. C’est mon seul secret. Enfin j’en ai un autre. Que j’te dirai après. Donc, gémis, gémis s’il te plaît. TU CRIES. TU CRIES QUAND Y’A BUT. Et à la fin du match, comme il n’y a plus rien à regarder et que je suis toujours là en bas, tu me demandes d’accélérer. Et je le fais bien, j’adore. Enfin j’suis bien obliger d’adorer. Vaut mieux aimer son métier. Mon métier, c’est d’être à toi. Mon amour je suis à toi. Et j’accélères et tu aimes ça. Pas autant que le ballon. Mais quand c’est la fin tu m’arroses de partout. De l’intérieur et ton whisky de ta bouche à mon dos. Ca coule de toi à moi.
On devient fous.
Tu me prends en me griffant, m’arrachant mon collant et tu cries, là oui, tu cries.
Et moi j’aime, tu le sais. Je te le montre que j’aime. Mes yeux, plissés, comme si tu m’éblouissais. Ma bouche en cœur, j’en redemandais encore et encore j’en voulais. Pour pas dormir. Pour pas rêver. Et tu tires mes bretelles qui me lacèrent et me serrent. Ca me fait des marques après et maman demande ce que c’est que ça. C’est le chat. Et t’en rajoutes encore en suçant mon sang avec ta bouche, trouer ma peau avec tes dents. Trouer, tourner, me retourner et là venir. J’aimais bien. J’adorais gémir surtout et iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir. Je voulais que tu aies aucun respect. Me faire prendre comme une merde. Voilà ce que j’aimais je t’avais bien trouvé. Et toc, toc, toc, je suis bien là et tu es bien toi. Et toc, toc, toc, continue plus fort que j’oublie ce corps gras que je garde et regarde malgré moi.
J’aimerai te voir tiens, quand tu es là. Voir ce que tu vois. Voir pourquoi tu écartes comme ça et je suis sure que tu regardes ton nombril même quand t’es dans moi. Salopard.
Mais.
Mais j’aime ça. Oui. Oui, je t’aime.
Tu es le seul, le seul qui veuilles de moi. Et là, tu recraches encore scélérat."

13:58 Écrit par JE T'EMME | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

01/07/2006

HaPpy.


Il y a de grands murs, peut pas escalader, alors moi, j’voudrais voler, mais les humains ne volent pas.Très bien, je veux bien être une tortue alors.
Pourquoi ?
Il serait peut être temps d’en parler.

Il y a un parc énorme, des champignons et des toboggans. Tu grimpe et tu glisse, mais tu arrête de me faire chier.
Une forêt et des chats qui perdent mais on hésite toujours entre la caresse poilue et le coup de pied au, poilu aussi de toute façon.
Et le carrosse, carotte, tu l’sens dans tout l’canal, anal.
Ca m’enerve, j’voudrais écrire bien, j’voudrais décrire joli, mais j’arrive pas à sortir, non, j’arrive pas à pas.
Tais toi.
Beaucoup de gens dans la salle d’attente, beaucoup plus de vous que fous ne le croyez. Je m’ennuie, non, je m’ennuie.

16:06 Écrit par JE T'EMME | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

26/06/2006

PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATI


PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! PRATIQUE! THERAPEUTIQUE!
Psys gratuits :
Dans tous les CMP (centres médico-psychologiques) sur RV et gratuit.
Demandez leurs coordonnées auprès de votre mairie ou de l'hôpital public de votre ville.

+ un petit lien bonus


15:04 Écrit par JE T'EMME | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

23/06/2006

MERD

J'ai appuyé sur un bouton sansfaireexpres, et j'ai changé tout le layout, c'est moche mais ça change.
Et ça m'obligera à coller mes bananes ici aussi.
aha, je galere déjà.



edit: Finallement c'est pas trop trop laid, je comprends rien mais je suis putain de douée, un jour je ferai aussi ça pourles commentaires, en attendant personne en poste, alors je les laisse en moche.
Et je colle une photo de moi histoire de pas faillir à ma réputation de fille imbue d'elle même.

Putain c'est la première fois que je parle au présent à ce blog de m.oi.

20:56 Écrit par JE T'EMME | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

19/06/2006

page 95

IL Y A DU BOUDIN, L’INFIRMIERE LUI DIT, REGARDER MANGER DU BOUDIN C’EST GERBANT, ALORS TOI. ELLE ETAIT GOGOLE ET QUAND J’AI PU RENTRER CHEZ MOI ELLE A DIS TU M’ABANDONNES.
ET LES SANGLOTS COMME DES COUPS DE FOUETS.

00:43 Écrit par JE T'EMME | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |