17/02/2006

Appelle moi s'il te plait

Attends que le verni soit sec et on s’marie,
CHERI
Je suis bien contente que tu cries quand je te baise. Ca me fait plus plaisir que quand tu m’offres un micro-onde et que tu jouis parce que bordel mais encore putain de plat congelé qu’est ce tu fais de tes journées.
( Mais, Ophélie Winter avait une maladie très grave, chéri.)
Moi j’crie aussi, mais moins souvent, parce que généralement comme tu m’étrangles les seins, je peux pas remplir mes poumons, et puis parce que tu réponds jamais au téléphone. Je suis sûre que tu me trompes.
(C’est un maître zen qui l’a guérie, elle se tapait la tête sur les murs)
Parlons en de mes trompes, je n’ai pas du tout apprécié quand par deux doigts vous détournâtes mon attention, et que faute de me dégoupiller moi, ce fut mon sterilet que vous tournicoti tournicotâtes.
J’ai été heureuse, dix secondes d’éclat métallique, j’ai cru être jeune et femme fontaine.
Il faudrait que tu arroses les plantes plus souvent, chéri.

Petite je voulais faire comme les grands et m’goinfrer au Mon Chéri, j’avais déjà compris que c’était putain de dégueulasse, et un truc amer qui me coule dans la gorge. Ben j’ai craché derrière le radiateur, chéri.


17:31 Écrit par JE T'EMME | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.