25/03/2006

Grâce à Sarkozy je peux sortir la nuit sans me faire agresser.


Ecritures automatiques compulsées. Maryl, AE, Laide.


Alors quoi, qu’est ce qu’il y a. Quoi comment. Se souvenir de tout, de rien. Qu’y a t’il dans mon sac à main ? Un pupitre qui sert à écrire un arbre pour pleurer Rien… Que du vide là haut, on m’attends, une douche, vite un fauteuil, le canapé ou n’importe quoi.
Mangez des pommes s’écria t’il Et puis un point, lui qui arrive ainsi comme un point de vue, un point sur les j. De la vue de quoi ? De qui ? Et pourquoi ? Je ne sais pas : pourquoi oui, pourquoi non. J’arrête avec les pourquoi. La suite ou les pieds, ça fait mal…
Dans la rue il y a un jeune homme avec un balai et une serpillière qui crie « Hourra ! Hourra ! Il est là ! »Alors je me retourne et lui dit : « qu’est ce qu’il y a ? ». « Il est là, il est là, je vous dis ! » Je le regarde perplexe. Qu’est ce qu’il me veut çui là ? J’y cours, répondit-je, et je mangeais il ce qui fonda on, alors tout le monde sauf je a disparu et ce fut très bon je vous assure bien que les pas à pas m’ennuient
Pardon
Pétrir le pain c’est ce qu’il faudrait faire plus tard pour danser. Par contre s’il fait noir veuillez vous rhabiller car les temps changent rien n’est plus pareil j’ai essayé de vous téléphoner mais j’ai raccroché. Alors je marche je dors je joue …. Puis le temps s’arrête et tu joues peur Aux cartes, au mikado. À récupérer Et puis je mange… du nutella et maintenant avec des tartines de chocolat, et puis quoi ? Je ne cache plus les bouteilles dans les sommiers c’est le lavabo qui fait des siennes puisqu’il ne marche plus et sourit.
Papa ne veut pas se marier demain il préfère sauter dans l’océan.
Je ne sais pas. Je ne sais plus. Je ne sais toujours pas. Peut être il faut pousser, car je suis scotché mes idées ne sont plus à l’heure, et vivement l’été qu’on nous charcute, L’image est floue et à la plage, le bateau et trop petit. Alors je marche, seul, quand la nuit tu mets tes talons aiguilles, sous la pluie et pluie un chien aboie et je me noie. Et la concierge s’énerve. Je ne sais toujours pas pourquoi. je sais que tu sais que je voudrais que tu t’aiguises en infirme Et je regarde derrière moi , mais je n’ai pas les mots pour le fabriquer. . Il y a un lapin avec de longues oreilles et de grandes dents. Il me regarde avec de gros yeux. Pourquoi ? Je sais toujours pas. Son emploi du temps est trop chargé Alors je continue de marcher, un chien aboie, une vieille marche, un homme court dans les bois et il y a de la mer partout et un ver à moitié sourd qui court sous la pluie. les vacances sont trop longues Heureusement bientôt j’aurai la moustache, qui gratte, Papa Noël est arrivé et le café ça plait aux hommes. Viens, on va au bar, il faut s’arrêter de manger et on fumera de l’oxygène. Il est en avance, et moi aussi. Je ne sais toujours pas pourquoi. Pour le ciel, pour la mer, pour les oiseaux, pour les champignons et ne plus devenir. C’est pas saoul les ponts que t’iras loin, petite Allumez la lumière s’il vous plait parce que tu stagnes, la p’tite. Il fait beau, il fait bien beau T ça veut dire que tu tombes. Appelles ta maman et tu monteras Welcome to Hollywood, Et de l’eau continue de s’écouler sans qu’on sache C’est le meilleur des escalators. Quand les vers mi-sel s’insèrent il gratte. Pourquoi. Tu m’énerves. C’est la vie, c’est comme ça. Alors mets toi de la crème si tu as mal au doigt Paic ! J’ai tout prévu j’ai du pecq pour que tu puisses te laver les vains
Ne meurs pas,
ou regarde par la fenêtre parce que tout ça ne sert à rien si tu, m’lâche, ce stylo.

10:16 Écrit par JE T'EMME | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

Commentaires

zut j'ai déjà posté ce truc en dessous, je me suis grillée comme une grosse merde.

Écrit par : La.de | 25/03/2006

Evasion... Je me demande toujours comment s'agencent ces idées, dans cet esprit. Le mien est droit et très carré, il n'aime pas virevolter il aime la précision :)

Mais passons, j'admire cette capacité de ton esprit à tout tourner et retourner, sens dessus dessous et sans vergogne. Défiant toute notion de bienscéance, tout en gardant une forme de pudeur enfantine :)

Écrit par : Cederik | 25/03/2006

:) Oui, mais ici en belgique il est aussi unique.
Comme mon nom de famille, d'après recherche nous sommes les seuls dans ce petit pays pourri avec ce nom là. C'est quand meme gratifiant de savoir que tout "Leeuwe" en Belgique est forcément quelqu'un de ma famille.

J'aime la précision, et le carré... Oui mais, seulement pour moi.
Je n'aime pas la masse, les autres... Ils ne m'intéressent pas vraiment (sauf si je peux les controler) :)

Bref on a tous notre petit monde, façonné par le vécu et l'inné.

Écrit par : Cederik | 25/03/2006

sorry... Excusez mon impolitesse, j’ai mentionné votre blog en lien dans un de mes posts ridicule sans votre permission. J’espère que cela ne vous dérange pas… Mais rassurez-vous, j’ai autant de lecteurs que de neurones dans la cervelle d’un gendarme parisien.
Amicalement 

Écrit par : seby | 26/03/2006

Dali appelle Soupault... Allo..Breton? coucou! il est pas trop stylé notre texte automatique!? merci pr ce petit "montage" de mots qui fait très surréaliste mais qui peut néammoins être compréhensible (réaliste?) grâce à notre inconscient qui nous dictait la marche à suivre... oh la la je m' "évase"... :)
bisiou (et je félicite également les effets instaurés sur les photos que je trouve très stylisées...bravo..bravo... :) contente d'avoir fait ce TPE avec toi..!) voilà g fini... :)

Écrit par : maryl | 28/03/2006

Les commentaires sont fermés.